Manga-Fan

Welcome !

Si vous cherchez un forum consacré à la japanimation, aux mangas et au Japon ; un forum où l'on peut discuter de tout et de rien dans la bonne humeur ; si vous cherchez un lieu pour discuter sérieusement, débattre entre otaku et s'amuser à la fois... Alors Manga-Fan est fait pour vous !!
Bienvenue Invité ! Passez un bon moment sur Manga-Fan !
___________

Souhaitons la bienvenue à Mojojojo09 !
___________

Nous suivre sur :
Facebook - Manga-Fan - Twitter - Manga-Fan

Blog : Blog - Manga-Fan

Page Facebook
Le Guide d’Yce
mascotte Manga-Fan
Dessin : Akamaru Couleurs : Showel
Navigation Anime/Manga
Les activités du moment
Liens utiles
Salon Discord
Les posteurs les plus actifs de la semaine
6 Messages - 20%
5 Messages - 17%
4 Messages - 13%
4 Messages - 13%
3 Messages - 10%
3 Messages - 10%
2 Messages - 7%
1 Message - 3%
1 Message - 3%
1 Message - 3%

Partagez
Aller en bas
avatar
Euffy
Oni/ee-chan
Oni/ee-chan
Féminin Vierge Buffle
Nombre de messages : 648
Age : 21
Date d'inscription : 07/08/2014
Mangas préférés : Tokyo Ghoul ! / Les vacances de Jesus et Bouddha /
Animés préférés : Yuri on ice ! - Shingeki no Bahamut - L'ere des cristaux
Films préférés : Le voyage de chihiro / Princesse Mononoke
https://myanimelist.net/profile/Euffy-chan

Une fine Lame [Histoire longue]

le Lun 8 Oct 2018 - 18:17
Bienvenu ! 

Alors déjà pour savoir où vous êtes : C’est ici que je compte publier les chapitres de mon histoire Une fine Lame librement inspirée de la série The Musketeers ! Je précise qu’il n’y a pas besoin d’avoir vu la série, connaitre le roman de Dumas est un plus mais en soit les personnages sont tous présentés ! (Comment ça je veux vous poussez a la lecture ? bon.. ok … c’est vrai ) 

L’histoire est toujours en cours d’écriture, ça doit faire 1 an et demi que je l’ai commencé a un rythme de tortue XD Je vais commencer par la poster petit à petit mais a vu de nez elle devra faire entre 20 et 25 chapitres ! (J’estime toujours mal.. alors je suis sûr que ça va déborder a 30  >.>)
Je vous avoue que ca me gêne un peu de la poster ici, plus que les autres je tiens vraiment a cette fic alors ca me stresse XD
Bon j’arrête de blablater et vous laisse avec le synopsis et le chapitre 1 , 
bonne lecture !

________________________________________

Paris , 1640 . Avec l'aide du capitaine de Treville, un jeune homme secret et distant rejoint le corps des mousquetaires.  Au file du temps et malgré les apparences un lien solide se créé entre lui et le célèbre quatuor. Entre camaraderie et secrets les mousquetaires ne manqueront pas d'aventure, et la vérité finit toujours par éclater... qu'on le veuille ou non.


Chapitre 1 : Une nouvelle route :


Le cheval galopait dans la nuit fraiche. Sa cavalière tira sur les brides pour qu’il s’arrête et contempla le château qui s’élevait désormais loin derrière au sommet de la vallée. Elle était partie une fois ses soupçons confirmés, un mélange de colère et trahison dans son cœur, mais elle n’avait pas le choix : elle ne pouvait ignorer la vérité. Son chapeau sur sa tête, vêtue d’une robe, quelques objets ainsi que du linge dans un sac, elle s’était dirigée vers les écuries d’où, une fois son cheval sellé elle avait pris la route. Le soleil commença à montrer ses premières lueurs alors elle s’arracha a sa contemplation et repartie au galop. La route s’avérait être encore longue.
_____________________________________________________________________________

6 heures sonna. Paris s’éveillait doucement aux sons des coqs et des marchands emplissant leurs étals. Un jeune homme aux cheveux châtain clair passait dans les rues étroites à cheval, semblant observer les alentours. Il s’arrêta à côté d’une femme et lui demanda la direction à prendre pour se rendre à l’hôtel des mousquetaires. Il redemanda son chemin plusieurs fois avant d’arriver à sa destination, les rues de Paris se ressemblaient trop à ses yeux et il se dit que si tout se passait bien et qu’il restait ici, il allait vraiment devoir apprendre à s’orienter.

La cour de la caserne était déserte à cette heure matinale. Le jeune homme descendit de son cheval et attacha les rênes. Il resta ensuite debout dans la cour à attendre la venue d’une quelconque personne. De toute façon il n’avait nulle part d’autre où se rendre donc autant patienter. Son attente ne dura pas longtemps car une dizaine de minutes plus tard la porte de la balustrade au premier étage de la caserne s’ouvrit pour laisser passer un homme d’environ la cinquantaine, aux courts cheveux bruns, portant la moustache et la barbe parsemés de poils plus ou moins blancs. Celui-ci s’arrêta dans son élan quand il remarqua le nouveau venu. Il descendit les marches pour se retrouver face à l’inconnu. Celui-ci le vit approcher et se redressa.

« _ Bonjour. Je peux vous aider, monsieur ? Dit le capitaine des mousquetaires.
_ Bonjour, Je cherche le capitaine de Tréville. » Il avait répondu cela sans se présenter et d’une voix hésitante mais le capitaine eu une impression étrange. Il scruta le visage de l’homme en face de lui, des cheveux légèrement bouclés retenues en catogan au visage aux traits fins.
« _ Je suis le capitaine de Tréville. Pour quelle raison me cherchez-vous? »
Une expression d’étonnement puis de soulagement apparut sur le visage du jeune homme. Tréville lui, semblait de plus en plus intrigué.
« _ Puis-je vous parler en privé monsieur ? »

______

Ils s’étaient installés dans le bureau du capitaine et le jeune homme commença à parler. Tréville ne semblait pas en revenir, étonné par ce qu’il avait entendu . Pourtant, il le croyait. Cela pouvait paraitre fou mais il le croyait. Le jeune homme continua à parler, son discours entrecoupé de pauses plus ou moins longues, mais jamais arrêté par le capitaine. Ils restèrent silencieux plusieurs minutes après qu’il se soit tut ; lui était anxieux quant à la réponse du capitaine, et le capitaine, lui, en pleine réflexion sur la demande et la situation qui se présentaient à lui.

« _ Bien, concéda Tréville. Vous vous doutez que je ne peux vous refuser cela. Vous vous doutez aussi que ce n’est pas sans danger, que ce soit pour vous ou moi. J’accepte de vous aider. » Ces derniers mots scellèrent l’engagement plus fortement qu’un papier signé.  Le capitaine se leva et fit les cent pas dans son bureau avant de finalement se verser un verre de vin. Il en proposa un a son invité qui refusa.
« _ Je vous recrute dès aujourd’hui. Il faudra cependant que vous passiez un test d’escrime avant cela. Je ne peux pas faire rentrer chez les mousquetaires une personne qui ne peut pas se battre bien que j’ai foi en vos paroles. Cela sera surtout pour les autres.  Il fit une pause avant de continuer.  _ Je vous ferai intégrer une équipe de quatre mousquetaires en qui j’ai entièrement confiance. J’évite en réalité de confier de lourdes missions à l’un d’eux vue que son épouse est dans les derniers mois de sa grossesse. Vous le remplacerez.
_ Quand commencerais-je ? Demanda le jeune homme.
_Il est encore tôt. Les hommes doivent être présents à 7h30. Je vous conseille de revenir à ce moment-là. Avez-vous un endroit où loger ? Ajouta-t-il.
_ Non, pour être franc je n’y ai pas encore pensé.  Je viens d’entrer dans Paris et je me suis tout de suite dirigé ici. » Il semblait gêné de n’avoir même pas songé ?  à ce qu’il ferait après son entretien. Tréville fit mine de ne pas remarquer sa gêne.
« _ En général  les mousquetaires ont des quartiers de fonction au sein de la caserne. Cependant vous n’êtes pas officiellement mousquetaire, il faudra vous présenter au roi pour cela. En attendant j’ai un ami du nom d’Antoine Baudin qui loue des logements à Paris, rue Saint Benoit. Allez le voir et dites-lui que vous venez de ma part. Il vous fera un prix d’ami. Je vous conseille aussi de louer pour la semaine, vous aviserez ensuite. »

Ils se redonnèrent rendez-vous dans 1h et demie et après quelques mots le garçon prit congé du capitaine. Il grimpa sur son cheval et se dirigea vers l’adresse donnée. En chemin il s’arrêta devant une boulangerie qui diffusait une douce odeur de pain chaud et acheta une brioche. Il n’avait rien mangé depuis son réveil et son ventre n’appréciait guère cette perspective. Il remonta en scelle et demanda son chemin à chaque croisement jusqu’à ce qu’on ne lui indique une maison, vingt mètres plus loin.  C’était une construction en bois, en forme de U avec un étage. En pénétrant dans la cours intérieure il vit que le bâtiment à sa droite se trouvait être une écurie et avisa un homme qui remplissait les mangeoires des chevaux. Il descendit de cheval et s’approcha de l’homme la bride dans la main. Celui-ci en entendant ses pas, releva la tête jeta le dernier sceau de grain avant de se retourner.  Le jeune homme se présenta et indiqua qu’il cherchait un certain Antoine Baudin.
« _C’est bien moi, vous voulez quoi ?
_Un logement. Monsieur de Tréville m’a donné votre nom.
_ Ah Tréville . Alors vous êtes un mousquetaire.  C’est qu’il a l’habitude de m’envoyer les nouveaux en recherche d’un toit. Vous voulez quoi, une chambre ou un appartement ? » Le jeune homme répondit qu’il désirait plutôt un appartement, le logeur sembla étonné, généralement les recrues n’avaient pas beaucoup de moyens mais il ne fit pas de remarque et lui dit de mettre son cheval dans l’écurie, après quoi ils partirent en direction du milieu de la bâtisse ou ils montèrent l’escalier extérieur qui menait à l’étage.  Le propriétaire sorti un trousseau de clés de sa poche et déverrouilla la porte. Il devança le jeune homme à l’intérieur et ouvrit les volets.
« _Ici vous avez la cuisine et la pièce suivante c’est la chambre. »  

La cuisine était de taille moyenne. Une table, deux bancs de bois se trouvaient au centre. Deux fenêtres se situaient côté cour et une autre sur le mur opposé sous laquelle se trouvait un fourneau à bois. Une cheminé était encastrée dans le mur du fond à côté de la porte de la chambre. Ils traversèrent la cuisine et entrèrent dans la chambre. Monsieur Baudin ouvrit également la fenêtre qui donnait sur cour pour éclairer la pièce. Elle était plus petite que la cuisine. Le lit et une petite table de chevet se trouvaient face à la fenêtre. A côté de celle-ci il trouva une petite armoire en bois et plus au fond un grand bac en bois et plusieurs sceaux étaient isolés avec un paravent.

« _C’est 10 Louis d’or le mois, cheval inclus. Je vous le fait à 8. Ça vous va ? demanda le logeur. Le jeune homme acquiesça mais lui indiqua aussi qu’il préférait louer la semaine. Ils fixèrent le prix à 2 Louis d’or par semaine.
_Ah et pour les mousquetaires on paye en avance, ajouta Baudin. C’est car ils ont plus de chance de se faire tuer et s’ils meurent avant de me payer j’aurais perdu de l’argent moi ». Le jeune homme ne put retenir un sourire à cette remarque même si elle n’avait rien de rassurante pour lui. Si l’homme avait pris ce genre de dispositions c’était donc que ce cas avait déjà dû arriver.
Ils sortirent de l’appartement. Le propriétaire lui donna les clés du logis en échange de l’argent pour la semaine et le jeune homme déchargea ses affaires toujours accrochées à son cheval pour les monter chez lui. Il n’avait pas pris beaucoup de bagages, le plus nécessaires selon lui. De toute façon il achèterait ce qui pourrait lui manquer sur place. Il rangea ses habits dans l’armoire et y fourra aussi le reste de ses affaires toujours dans sa besace. Il jeta un œil à l’appartement assez sommaire. Pour commencer il lui faudra de la nourriture et des bougies pour s’éclairer. Il y en avait une sur la table de la cuisine mais elle ne suffirait surement qu’une nuit. Il n’y avait pas de bois que ce soit pour la cheminé ou le poêle. Il devra en acheter plus tard, en fin début d’automne c’était surement le plus urgent s’il ne voulait pas tout simplement geler à Paris. Et aller au puit, se faire une petite réserve d’eau aussi. Il ne vit rien d’autre d’urgent à faire pour le moment et s’écroula sur le banc dans la cuisine. La montée d’adrénaline qu’il avait ressentie commençait à retomber le laissant perdu quand a la marche à suivre. Les choses s’étaient enchainées, enfoncé dans sa douleur il avait seulement suivit son instinct, presque fait les choses mécaniquement. Il n’arrivait pas à s’y faire,  il avait l’impression que le temps passait trop vite et trop lentement en même temps. Il ne savait pas s’il devait réfléchir ou pas. Il savait que plus il y penserait plus il serait abattu et hésitera. Il avait rencontré Treville, il a dit qu’il l’aiderait et il ne doutait pas de sa parole. A lui maintenant d’avancer, comment pourrait -il vivre en paix sinon ? il ferma les yeux et les rouvrit, résolut, en se relevant du banc. Un regard à sa montre lui indiqua qu’il était déjà 7h35. Il se dépêcha de sortir et refermera à clé ce qui sera temporairement sa maison. Son cheval n’avait pas été dessellé, il grimpa dessus et prit la direction de la caserne des mousquetaires.  

L’endroit commençait effectivement à se remplir. Il mit pied à terre et attacha les reines sous le regarde de mousquetaires curieux de la présence d’un inconnu. Il voulut se dépêcher de monter rejoindre le bureau du capitaine quand un bras passa devant lui, lui barrant le passage.
« _Hé doucement. Ou pensez-vous aller ? »
L’interpelé détailla l’homme qui venait de l’arrêter. Il était assez  grand et portait un foulard autour de la tête .Une cicatrice lui barrait le côté gauche du visage de l’arcade sourcilière à la pommette en épargnant miraculeusement l’œil. Le nouveau venu le trouva impressionnant, sa carrure à elle seule suffirait à faire plier une partie de ses adversaires. Pourtant la chose qui attira son attention  le plus fut tout autre. Il ne pensait pas que le capitaine ne faisait pas de différences entre les gens  et recrutait aussi des hommes de couleurs, car l’homme devant lui avait une peau aussi foncée que l’ébène. Son regard ne sembla pas menaçant quand il le croisa. L’éclat rieur et son sourire en coin lui indiquait qu’il s’amusait plutôt de la situation. Cela rassura le jeune homme, sa détermination était aussi fine qu’un crin de cheval et il n’avait pas besoin d’obstacles en plus dans les pattes pour l’abattre.
« _Je vais voir monsieur de Tréville, répondit-il d’une voix qui se voulait assurée.  
_Il est informé de votre visite ? Le jeune acquiesça.  On n’entre pas ainsi, reprit le mousquetaire. Donnez-moi votre nom et attendez que je …
_Porthos ! Le coupa la voix d’un homme du haut de la balustrade. Laissez le passer, Tréville vient de m’informer qu’il attendait un visiteur dans son bureau. »

Il descendit les escaliers jusqu’à se trouver face au nouveau venu. Celui-ci Il avait des cheveux noirs qui frôlaient les épaules, une barbe et une moustache plutôt bien entretenue tout aussi foncée que ses cheveux. Son regard était noir, dur, le visage totalement fermé.  Il le détailla de son air sombre et lui fit un signe de la main pour qu’il le suive jusqu’au bureau.  Personne ne dit mot sur le court chemin et le plus jeune souffla une fois dans la pièce avec le capitaine. Ce mousquetaire avait une aura des plus intimidante qui l’avait crispé, et une légère odeur d’alcool émanait de sa personne.

----------------

Pour les 4 mousquetaires qui étaient assis dans la cour, l’entretien du capitaine sembla bien long. Portos, Aramis et d’Artagnan échafaudaient leurs théories en buvant. Le retour d’Athos à leur table n’apporta pas plus d’informations.  Il leur raconta seulement comment Tréville l’avait appelé alors qu’il arrivait dans la caserne et le contenu de la discussion. Il avait été informé de la venue d’une nouvelle recrue qui passerait directement mousquetaire, et qu’il serait ainsi désormais attaché au groupe qu’ils formaient déjà en compensation de l’absence de d’Artagnan.
« _ Comment ça « l’intégrer » avec nous ? Nous ne le connaissons même pas ! » S’indigna Aramis. Celui-ci avait les cheveux bruns et bouclés, et une moustache finement sculptée témoignait de l’intérêt de l’homme pour sa personne. Porthos donna une tape sur l’épaule de son ami en réponse, Aramis n’était pas le seul à penser ça. Eux, étaient soudés car ils avaient combattu ensemble, il mettait sa vie entre les mains de ses compères, ferait-il de même avec un inconnu ?  Mais autre chose le troublait :
« _Moi ce qui m’intrigue c’est qu’il passe directement mousquetaire. Sans compter qu’il n’avait pas l’air entrainé au combat quand j’étais face à lui. Je pourrais même dire qu’il était inquiet. Ajouta le métis en frottant une pomme contre son habit de cuir.
Ils gardèrent le silence en se dévisageant. Quelque chose clochait dans cette histoire. Ce fut Aramis qui osa enfin énoncer à haute voix la pensée qu’ils avaient tous.
_Tréville sait quelque chose. Et il ne compte pas nous le dire. »

--------------

Le retour de l’inconnu dehors accompagné du capitaine attira l’attention de toutes les personnes présentes. Leur supérieur les congédia d’un regard et reporta son attention sur les mousquetaires qui s’étaient levés de leurs bancs sentant que c’était à eux qu’il voulait s’adresser. Ils savaient ce qu’il allait leur annoncer mais espéraient même temps avoir une réponse aux questions qu’ils se posaient jusque-là. Ils avaient confiance en Tréville, la n’était pas la question, mais titiller la curiosité d’un mousquetaire et il cherchera à l’assouvir . Le nouveau, derrière le capitaine était resté silencieux. On aurait pu penser qu’il ignorait tout de ce qui se passait si ce n’était son regard qui détaillait chacun des hommes face à lui, allant d’Athos à Aramis puis de Porthos à d’Artagnan. Le fier gascon avait de longs cheveux raids qui lui tombaient aux épaules et une peau légèrement basanée comme celle d’une région du sud de la France qui connaissait bien le soleil.  

« _D’Artagnan, vous savez que je préfère en ce moment que vous vous consacriez à la gestion de la caserne et des entrainements. Et étant donné que vous avez un compagnon en moins, j’ai décidé d’intégrer une nouvelle personne à votre équipe messieurs.    
Il indiqua d’un geste de la main le jeune homme a ses cotés qui s’avança légèrement et enleva son chapeau, libérant ses mèches d’un châtain clair qui n’étaient pas attachées par le catogan. Porthos eu l’impression que son visage paraissait encore plus fin sans le couvre-chef. Ses yeux verts observaient désormais les soldats face à lui. Il semblait plus déterminé qu’auparavant bien qu’il eût toujours l’air sur la retenue. Qu’avaient-ils bien pu se dire  dans ce bureau ?
_Je vous présente Armand Lacroix. »



_________________
avatar
Kenpa-i
Kouhai
Kouhai
Masculin Scorpion Cochon
Nombre de messages : 427
Age : 23
Date d'inscription : 13/03/2018
Mangas préférés : Samuraï Deeper Kyo, Shonan Junai Gumi
Animés préférés : Made in Abyss, 91 Days, Full Metal Alchemist : Brotherhood
Films préférés : Kimi no Na wa

Re: Une fine Lame [Histoire longue]

le Lun 8 Oct 2018 - 20:21
Il y a quelques maladresses par-ci par-là dans la tournure de certaines phrases mais en dehors de ce léger accroc on sent vraiment dans les mots que tu choisis, l'ambiance que tu essaies d'installer et les personnages que tu sais ce que tu fais !
Je dois avouer que je suis pas un grand littéraire et que j'ai tendance à me perdre quand je lis une histoire, mais il n'empêche que je trouve la tienne très réussie, on sent que tu as passé du temps dessus et il y a tout un tas de passages qui nous absorbent vraiment dans cette époque ! Il y a tout un tas de petits détails qui renforcent ça, tes comparaisons, certaines expressions, etc... On voit que ce n'est pas quelque chose fait à la va-vite, loin de là. Bref, de mon point de vue, tu as de quoi être fière de ce début de création !
avatar
Euffy
Oni/ee-chan
Oni/ee-chan
Féminin Vierge Buffle
Nombre de messages : 648
Age : 21
Date d'inscription : 07/08/2014
Mangas préférés : Tokyo Ghoul ! / Les vacances de Jesus et Bouddha /
Animés préférés : Yuri on ice ! - Shingeki no Bahamut - L'ere des cristaux
Films préférés : Le voyage de chihiro / Princesse Mononoke
https://myanimelist.net/profile/Euffy-chan

Re: Une fine Lame [Histoire longue]

le Lun 8 Oct 2018 - 23:02
@Kenpa-i merci d avoir lu >w< Si tu sens une tournure qui va mal n'hésite pas a me le dire ! Je me doute que je n’excelle pas encore en écriture >.<
Ca me rassure que tu trouves des passages bons et absorbant, je ne m'attendais vraiment pas a un si bon retour, merci !  Emerveillé

_________________
Contenu sponsorisé

Re: Une fine Lame [Histoire longue]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum