Manga-Fan
Mémos Oie_tr24
Bienvenue sur Manga-Fan !
Tu souhaites partager ton expérience dans l'univers de la japanimation, échanger sur tes dernières lectures et/ou visionnages, obtenir des recommandations, interagir avec de nombreux passionnés .. ?
Animes, Mangas, Jeux-vidéo, Culture et traditions .. il y a de quoi faire ici. Rejoins-nous vite ! ^^
Bienvenue Invité ! Passez un bon moment sur Manga-Fan !
___________

Souhaitons la bienvenue à FanEm !
___________

Nous suivre sur :
Facebook - Manga-Fan - Twitter - Manga-Fan

Blog : Blog - Manga-Fan

Les Essentiels
Navigation Anime/Manga
Incontournables
Liens utiles
Les posteurs les plus actifs de la semaine
6 Messages - 22%
6 Messages - 22%
3 Messages - 11%
2 Messages - 7%
2 Messages - 7%
2 Messages - 7%
2 Messages - 7%
2 Messages - 7%
1 Message - 4%
1 Message - 4%
Aller en bas
KilLucia
KilLucia
Senpai
Senpai
Féminin Verseau Rat
Nombre de messages : 1383
Age : 23
Date d'inscription : 24/06/2014
Mangas préférés : Assassination Classroom ; Fruit Basket ;
Animés préférés : Hunter x Hunter ; Durarara ; BNHA ; HQ
Films préférés : Les enfants loups ; Les enfants du temps ; Your name ; Nausi
http://myanimelist.net/animelist/noyume

Mémos Empty Mémos

le Lun 16 Nov 2015 - 19:13
Ce que je poste ici ne sera rien d'autres que des petits mémo, des petits trucs de même pas une page, parce que voilà, je me dis que c'est dommage de les laisser au fond de mes tiroirs et si ça peut se faire apprécier alors autant les poster...
P.S : Si vous voyez des fautes, tapez-les

Chant
Elle poussa la porte du cinéma, glissant sa main le long de la barre, elle la laissa retomber lourdement dans son encadrement sans s'en préoccuper. Ses talons claquant sur les dalles froides, la température frôlant les zéro, un sourire naquit sur ses lèvres.
Une main dans la poche, elle alluma le baladeur et mit l'oreillette dont elle ne se séparait jamais.
La musique retentit et la ville prit vie. Les couleurs se réveillant subitement. Les néons paraissant de plus en plus lumineux au fil de chaque pas, de chaque coups de talons, de chaque clignements d'yeux. L'électro fit son effet.
Le peu de personne qui était sortit en même temps qu'elle prirent un même chemin, ou légèrement différents, la plupart se dirigeant tout de même vers le parking.
Les voitures qui passaient la prenant comme cible dans leurs phares. Elle ralentit au fil de la musique, puis accéléra à nouveau. La brise souffla et les voitures  faisait parfois des appels d'air quand elles passaient trop prés.
Les paroles franchirent sa bouche en chuchotis incompréhensibles pour quelqu'un qui l'aurait frôlé. Balançant sa tête en rythme, presque imperceptiblement. Elle avait toujours le sourire accroché aux lèvres en récitant les paroles connus.
La musique fit un bond et elle également. Elle tourna vers la droite, sortant les mains de ses poches. Elle commença à claquer des doigts, les paroles se firent plus fortes. Le peu de gens présent avait disparu, elle était seule sans le savoir.
Elle ne regarda pas la chaussé. Les bras et les mains bougeant sur le rythme dictée, les hanches se balançant de plus en plus.
Au milieu de la route elle fit un tour complet sur elle-même et ria aux éclats.
Il n'y avait pas de voiture et la nuit était froide.
Elle continua son chemin, chantant toujours en souriant, laissant des voulûtes de fumée se dégager de sa bouche, se prenant de plus en plus dans la musique, se laissant enivré par le rythme.
Elle arriva dans une ruelle qui déboucha sur la grande rue. Les lumières de Noël emplissant son champ de vision. Elle était là, rigolant et chantant quelques brides de paroles anglaises à ne rien comprendre.
Il y avait à nouveaux quelques âmes vivantes dans les bars, qui la regardèrent passés. Il ne se moquèrent pas, au contraire. Quand elle les regarda avec la joie qui la parcourait, ils se laissèrent prendre au jeu et rire à leur tours, lui faisant quelques signes de la mains et trinquant pour cette jeune demoiselle à l'euphorie contagieuse.
Elle disparut de leur vue en atteignant le bout de la grande place, mais sa voix ne s'évanouit que quelques instant plus tard, après avoir résonné une dernière fois entre les murs et que les échos se turent.

Réveil
Il se leva, réveillé par les rayons du soleil transperçant les rideaux. Il entendait les bruits de quelques pigeons et oiseaux sur le toit. Il sortit finalement de son lit, posa un pied sur le carrelage froid, voir gelé d’après lui. Quittant le cocon douillet et chaud, il enfila un t-shirt qui traînait au pied du lit, reniflant un peu, il tira sur le jogging qui lui servait de pyjama pour éviter qu'il ne donne un air trop froissé.
Se dirigeant inconsciemment vers la cuisine à cause des brumes du sommeil, il se fit couler un café. L'arôme empli la pièce alors qu'il sortait enfin de l'endormissement bien heureux qu'il avait.
Il était en jour de repos, il faut dire que les heures d'infirmier à l’hôpital étaient souvent harassantes et épuisantes. On avait beau aimer le métier, c'était dur parfois.
Le café finit de couler. Il prit sa tasse entre ses deux mains et se redirigea vers la fenêtre. Ouvrant d'un coup sec les rideaux, il ouvrit lentement la vitre le séparant du monde extérieur.
Les bruits de la ville lui emplirent les oreilles comme une douce mélodie. Il aimait tellement ce capharnaüm, c'était son quotidien et l'entendre lui faisait du bien. Cela changeait du bip-bip incessant des machines et était beaucoup plus vivant que les chambres blanches qu'il avait l'habitude de visiter.
Les voitures passaient à des vitesses régulières et les passant se faisaient de plus en plus nombreux. Il bu une gorgée du liquide amer. Il la sentit coulé dans sa gorge, lentement, le réveillant un peu plus de l'intérieur.
Un sourire se dessina sur ses lèvres sans qu'il ne le veuille. Une brise souffla, envoyant quelques bouffées de pots d'échappements mais cela ne le gêna pas, au contraire.
Une de ses voisines d'en face apparut, se mettant devant sa fenêtre pour observer la ville s'éveiller, comme lui le faisait.
Ils se sourirent mutuellement, se souhaitant un « bonjour » silencieux.
Il continua à la regarder quelques minutes, ses cheveux blonds et raides lui tombaient en cascades sur les épaules et une partie des bras, et ses yeux qu'il devinait foncé fixait intensément la rue d'en bas, scrutant les passants. Elle eu quelques sourires, quelques grimaces et des visages neutres dans le laps de temps ou il la dévisagea.
Il se dit qu'elle devait sans doute se moquait gentiment des passants dans la rue. C'était une bonne habitude des gens du quartier. Il voyait souvent les vieilles femmes à leurs balcons radotaient avec des amis sur les personnes vivant dans le quartier ou de passage.
Ça ne le choqua donc pas qu'elle fasse de même malgré sa jeunesse, après tout, tant que ce n'était pas méchant ou blessant, il ne voyait pas où était le mal.
Sa tasse fut finit plus vite qu'il ne le pensait. Il enleva ses coudes de la fenêtre et referma cette dernière, laissant derrière lui la jeune fille et la ville pour quelques moments.
Il posa son mug dans l'évier et se dirigea automatiquement dans la salle de bain. Allumant la douche pour laisser l'eau chaude arriver, il se déshabilla promptement et alla vite dans celle-ci.
C'est un coup de téléphone qui le sortit de sa toilette.
Un coup d’œil sur l'écran pour lire le nom d'un ami et il décrocha, à peine sec. Quelques secondes suffirent pour lui donner un rendez-vous dans l’après-midi, au cinéma avec quelques autres amis s'il avait tout compris. Il raccrocha et s'essuya en vitesse. Il avait encore quelques heures à tuer avant d'aller au point de rassemblement mais il n'avait pas envie de rester dans son appartement.
Il enfila un t-shirt propre cette fois-ci, accompagné d'un jean et de chaussures DC. Il prit son blouson en cuir, parce malgré le printemps qui commençait, la saison pouvait être ressentit froide pour certain et on n'était jamais trop prudent.
Il ouvrit la porte de l'immeuble et les klaxons qui l'accueillir avec les conversations en fond sonore, les claquements des pas et autres lui soulevèrent la bouche.
Il ferma le battant de bois et avança finalement alors qu'11h sonnait au vieux clocher de la ville.
Ce sera une excellente journée se dit-il.

Manu
Manu
Daijin
Daijin
Masculin Gémeaux Coq
Nombre de messages : 4916
Age : 27
Date d'inscription : 26/08/2010
Mangas préférés : Vagabond, Rurouni Kenshin, Jusqu'à ce que la Mort nous Sépare, Jackals
Animés préférés : Cowboy Bebop, Ghost in the Shell, Gundam 00, Kids On The Slope
Films préférés : Sword of the Stranger, Cowboy Bebop - Knocking on Heaven's D

Mémos Empty Re: Mémos

le Lun 16 Nov 2015 - 20:18
Sympa comme idée ^^

J'aime beaucoup le principe de ce genre de textes, sans réels buts apparents, si ce n'est d'être là et de décrire des choses souvent simples Very Happy C'est le genre de trucs qu'on laisse souvent dans un fond de tiroir ou dans un vieux dossier dans un coin de l'ordi c'est vrai ^^ C'est sympa que tu nous fasses partager les tiens Smile
KilLucia
KilLucia
Senpai
Senpai
Féminin Verseau Rat
Nombre de messages : 1383
Age : 23
Date d'inscription : 24/06/2014
Mangas préférés : Assassination Classroom ; Fruit Basket ;
Animés préférés : Hunter x Hunter ; Durarara ; BNHA ; HQ
Films préférés : Les enfants loups ; Les enfants du temps ; Your name ; Nausi
http://myanimelist.net/animelist/noyume

Mémos Empty Re: Mémos

le Lun 16 Nov 2015 - 20:47
Yeeeeeeeeeeeeep' ! o/
Mais j'vais quand même éviter de mettre des trucs un peu triste
KilLucia
KilLucia
Senpai
Senpai
Féminin Verseau Rat
Nombre de messages : 1383
Age : 23
Date d'inscription : 24/06/2014
Mangas préférés : Assassination Classroom ; Fruit Basket ;
Animés préférés : Hunter x Hunter ; Durarara ; BNHA ; HQ
Films préférés : Les enfants loups ; Les enfants du temps ; Your name ; Nausi
http://myanimelist.net/animelist/noyume

Mémos Empty Re: Mémos

le Ven 29 Jan 2016 - 22:16
Double post, mais j'm'en ballec' totalement o/
J'ai écris ça l'an dernier, que j'ai retrouvé dans un carnet et je viens de le retranscrire sur mon pc... Sérieusement, mon esprit m'étonne moi-même, je n'avais aucun souvenir de ce truc !
Ah, et sinon, les fautes sont de bonnes amies que je n'aime pas

J'avais mal. Je fronçais les sourcils tout en papillonnant des yeux alors que la clarté m'éblouissait. Laissant ma pupille s'habituer à la lumière, je remarquais des machines reliées à mon corps, corps qui ne me répondit pas alors que j'essayais de bouger mes doigts. De toute évidence mes muscles étaient encore endormie, il fut attendre quelques minutes de plus pour que je puisse sentir le drap sur moi et que mes membres commencent à me répondre.
Le bip incessant des machines se faisait de plus en plus présent et commençait à me gêner, la porte s'ouvrit sur une femme qui ne me regarda pas immédiatement. Le dossier qu'elle avait en main la prenant entièrement, elle ferma la porte d'un geste automatique avant de s'approchait de moi et de relever enfin ses yeux.
Son visage afficha une stupeur en premier lieu avant de se reprendre. Elle referma le calepin et me repoussa dans mon coussin sans que je ne puisse lutter.
- Ne te lève pas, ton corps n'est pas en état pour le moment.
Elle remit le drap sur moi, appuya sur un bouton au dessus de ma tête et vérifia les branchements.
- Comment te sens-tu ?
- Faible.
L’éraillement de ma voix me surprit, et je toussais rapidement. Sa main se cala automatiquement sur mon épaule pour me la caresser doucement. Je continuais tout de même.
- Pourquoi mon corps ne me réponds pas bien ?
- Les calmants que l'on t'a administré sont un peu fort, il se peut qu'il est joué sur ton organisme, qui plus est tu n'as pas fait d'activité physique depuis un moment et le traumatisme que tu as subi est assez important.
- Je ne sais plus.
- Tu ne sais plus quoi ?
Sa voix était douce, chaleureuse mais une point d’inquiétude s'y mêla.
- Après mon entré dans la banque...
- Il y a eu un braquage.
Je le revis.
La banque était calme, je venais de passer la porte que l'odeur de nettoyant me sautait au nez. Certains visage se relevèrent à mon boucan tout comme certains m'ignorèrent sans problème. Me dirigeant vers une chaise, je m'y installais tranquillement. Vu le nombre de personne, je savais que j'allais devoir attendre un moment, une bonne demi-heure tout au plus.
Pour passer le temps, je regardais autour de moi mais rien ne me semblait intéressant... Un homme lisait un journal pour passer son attente. La conseillère de droite était au téléphone avec un client qui semblait pénible vu les grimaces qui s'installaient aléatoirement sur son visage, celle de gauche était avec une femme d'âge mûr. Trois personnes étaient au distributeur et deux femme attendait prés de moi.
Au bout d'une longue attente, mon nom résonna dans la pièce qui avait eu le temps de se remplir. À mon appelle, je me levais rapidement et me dirigeais vers mon conseiller, d'une quarantaine d'année me semblait-il.
Au moment ou je lui serrais la main, un bruit sourd se fit entendre.
Alors que je me retournais brusquement pour apercevoir la porte contre le mur, un homme entra en nous visant avec un semi-automatique. Les premières personnes eurent le réflexe de se reculer, alors que je restais cloué sur place.
La porte se referma lentement, contrastant étrangement avec l'entrée fracassante du bandit. Après quelques secondes de silence totale, il prit la parole avec une voix forte, rauque voir presque éraillé.
Si vous êtes aimable, je ne ferai rien. Aller hop, couché.
Tout le monde s'exécuta, je m'assis sur les genoux le regard tournée vers lui, alors qu'il continuait sa tirade.
Aller ma petite dame, tu vas gentillement me remplir ce sac, hein.
Il lui lança le bout de tissus qu'elle rattrapa maladroitement, ce qui lui donna un sourire de ce que je pus voir sous son masque.
Plus personne ne bouger, moi y compris, certains ne devaient même pas oser respirer.
Il tourna le regard vers moi, avant de lancer à nouveau :
J'ai dis « coucher ».
Je le regardais dans les yeux, j'avais l'impression que mon cerveau c'était fait la malle au moment où l'homme était apparut. Il se rapprocha de moi, ce qui ne m'empêcha pas de continuer à le toiser du regard, comme si je n'avais pas peur, mais à vrai dire en cet instant, je ne ressentais rien. Rien du tout.
Une douleur me déchira la cuisse d'un seul coup, un hurlement et un haut le cœur plus tard, je comprenais qu'il venait de me tirer dans la jambe à bout portant, sans aucun préavis.
Je tenais comme je pouvais ma cuisse trouée, la balle l'ayant traversé de part en part. Et alors que je reprenais laborieusement mon souffle tout en espérant ne pas me vider de mon sang, je relevais les yeux vers le tireur. De la sueur perlait de mon front, glissant le long de ma tempe. En croisant mon regard, il sourit d'un sourire sadique, dévoilant ses canines à travers le trou de la cagoule.
Le bruit de talons résonnèrent à ce moment là, la secrétaire aillant finit son travail, elle laissa le sac sur le comptoir, il ne me lâcha des yeux seulement pour vérifier le contenu, et revint vers moi, le sac sur son épaule.
Il me souleva par le bras, comme si je ne pesais rien et me mis debout. M'appuyant sur ma jambe valide, je me raccrochais à son cou et buste pour ne pas tomber, par réflexe. J'avais envie de crier et de m'arracher la jambe, tellement la douleur m'étais insupportable mais seules les larmes montraient mon désespoir, rien ne put sortir de ma bouche.
Il passa alors la main sur mon buste, finissant par la mettre sous mon aisselle, me mettant dos au sien j'allais lui servir de bouclier. Il me souleva quelque peu et m'emmena jusqu'à la porte, que je tirais moi-même.
Ce ne fut qu'une fois sur le perron que je posais mon pied valide, face à des policiers qui nous visaient sans ciller.
Mon tortionnaire me poussa un peu, je dû me rattraper sur ma jambe blessée et mon corps refusa l'appui. Je ne tombais pas, rattrapé par mon geôlier mais je vomis tout de même montrant au monde l'état dans lequel j'étais. La tête me tournais et je me sentais vraiment mal, pourquoi ce sadique avait donc t-il décidé de me prendre moi et non un autre bien portant et moins encombrant ? Voulait-il me voir succomber à ma blessure ?
Tandis que je reprenais à peine mes esprits, j'entendais la voix d'une femme dans un mégaphone, le regard trouble elle devait sûrement se trouvait derrière les boucliers anti-balles des policiers. Elle lui demandait de se rendre, sans faire d'histoire, la même rengaine que dans les séries, sauf que les seules choses qu'il répondit, ce fut un tir et une demande de le laisser passer. Chose qu'il lui fut refuser directement, malheureusement pour moi. Il me tira dans le pied, sans préambule encore.
Mon cri résonna fort, autant dans ma tête que dans la rue je suppose. La douleur remonta le long de ma jambe, il avait tiré sur celle de droite, celle qui était déjà blessée. L'avait-il fait exprès ou non, je ne sais pas. J'avais du perdre connaissance pendant quelques instant car quand je rouvris les yeux, nous étions entrain d'avancer le long du bâtiment.
Mon pied blessé se reposa au sol et me refit sombrer, quand je rouvris les paupières, nous arrivions prés d'une voiture noir aux reflets bleutés de ce que j’aperçus à travers mes larmes, nous avions dépassé le barrage de policier, il ne nous restait qu'une quinzaine de mètres.
C'est marrant, tu as l'air très calme.
La voix du tueur me donna un frisson alors que je retenais une énième fois la bile qui me montait dans la gorge.
- Je suis sûr que tu ferais un très bon sniper.
- Je serai... Incapable de... De tuer...
Ma voix était haché, tremblante et non assurée, mais sa réponse me fit froid dans le dos.
- Moi aussi, je disais ça.
Je ne compris pas de suite ses mots. Je sentis ses bras me relâcher, je vacillais et il m'envoya rouler à quelques mètres de la voiture, comme si j'étais une poupée de chiffon. Le choc avec le béton fut brutal et j'avais à peine pu me rattraper, mes bras ne me répondant qu'à moitié.
Les tirs fusaient et j'entendis les pneus de la voiture crisser alors que des bruits d'impacts résonnaient dans la rue.
Ma vu brouillait ne pouvant me montrer les détails, détails qui disparurent bien vite alors que mes paupières se fermaient sans mon consentement, la dernière chose que j'entendis furent des pas pressés.

Je revins dans la réalité à l'entente de mon prénom répétés en une douce litanie. L'infirmière rentra dans mon champ de vision, tout comme le médecin à ses côtés.
- Je ne veux voir personne.
Elle me regarda surprise, mon comportement changeant du tout au tout avec celui d'il y a quelques minutes. L'homme à ses côtés ne dit rien, me détailla simplement de la tête au pied et emmena finalement sa collègue avec lui.
Lorsque la porte fut fermée, je soupirais de soulagement. Je ne sais pas trop pourquoi, je me sentais coupable, ce qui était arrivé n'était pourtant pas ma faute mais j'avais l'impression que ce qui s'était produit n'était que le début, comme si j'avais été entraîné dans quelque de beaucoup trop grand pour moi, comme si l'inconnu du braquage aller refaire surface à n'importe quel moment.
Manu
Manu
Daijin
Daijin
Masculin Gémeaux Coq
Nombre de messages : 4916
Age : 27
Date d'inscription : 26/08/2010
Mangas préférés : Vagabond, Rurouni Kenshin, Jusqu'à ce que la Mort nous Sépare, Jackals
Animés préférés : Cowboy Bebop, Ghost in the Shell, Gundam 00, Kids On The Slope
Films préférés : Sword of the Stranger, Cowboy Bebop - Knocking on Heaven's D

Mémos Empty Re: Mémos

le Ven 29 Jan 2016 - 22:39
C'est super sympa Very Happy
Pas très joyeux mais je ne crois pas que tu nous avais montré ce genre de récits auparavant Smile
Ca me rappelle Rêves ^^ Mais c'est différent x)

Tu as prévu de faire éventuellement une suite ou pas du tout ? Ça pourrait être très intéressant, même si c'est déjà bien en "mêmes" ^^
KilLucia
KilLucia
Senpai
Senpai
Féminin Verseau Rat
Nombre de messages : 1383
Age : 23
Date d'inscription : 24/06/2014
Mangas préférés : Assassination Classroom ; Fruit Basket ;
Animés préférés : Hunter x Hunter ; Durarara ; BNHA ; HQ
Films préférés : Les enfants loups ; Les enfants du temps ; Your name ; Nausi
http://myanimelist.net/animelist/noyume

Mémos Empty Re: Mémos

le Ven 29 Jan 2016 - 22:47
Pas la moindre idée, comme je le dis plus haut ça date d'un an, donc je sais même plus ce que je voulais faire passer au début mais bon... Mémos 805135 Je verrais si l'envie me prends, même s'il me semble que c'était parti pour unef anfiction à la base... Mais je ne préfère pas écouter mon cerveau qui à tendance à me dire des conneries quand ça date de longtemps Mémos 805135
Manu
Manu
Daijin
Daijin
Masculin Gémeaux Coq
Nombre de messages : 4916
Age : 27
Date d'inscription : 26/08/2010
Mangas préférés : Vagabond, Rurouni Kenshin, Jusqu'à ce que la Mort nous Sépare, Jackals
Animés préférés : Cowboy Bebop, Ghost in the Shell, Gundam 00, Kids On The Slope
Films préférés : Sword of the Stranger, Cowboy Bebop - Knocking on Heaven's D

Mémos Empty Re: Mémos

le Ven 29 Jan 2016 - 23:21
Je comprends ^^

Je me demande ce que tu nous réserves pour la suite Smile
KilLucia
KilLucia
Senpai
Senpai
Féminin Verseau Rat
Nombre de messages : 1383
Age : 23
Date d'inscription : 24/06/2014
Mangas préférés : Assassination Classroom ; Fruit Basket ;
Animés préférés : Hunter x Hunter ; Durarara ; BNHA ; HQ
Films préférés : Les enfants loups ; Les enfants du temps ; Your name ; Nausi
http://myanimelist.net/animelist/noyume

Mémos Empty Re: Mémos

le Sam 30 Jan 2016 - 11:04
C'est étrange si moi aussi je me dmd ce que je me réserve ? Mémos 805135
Manu
Manu
Daijin
Daijin
Masculin Gémeaux Coq
Nombre de messages : 4916
Age : 27
Date d'inscription : 26/08/2010
Mangas préférés : Vagabond, Rurouni Kenshin, Jusqu'à ce que la Mort nous Sépare, Jackals
Animés préférés : Cowboy Bebop, Ghost in the Shell, Gundam 00, Kids On The Slope
Films préférés : Sword of the Stranger, Cowboy Bebop - Knocking on Heaven's D

Mémos Empty Re: Mémos

le Sam 30 Jan 2016 - 12:12
Non, pas tant que ça x)
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum